17-L'entrée-du-festival.jpg

CHRONIQUE DU FESTIVAL
JAZZ POURPRE
EN PÉRIGORD 2021

16-Les-artisans-d'art-du-village.jpg
7-Big-Band-du-CRDD.jpg

Cette année pour la première fois, le Festival Jazz Pourpre en Périgord a laissé passer le temps des cerises pour se vêtir de la pourpre de la vigne, qui fort heureusement lui va très bien au teint et même, pourrait-on dire, lui colle à la peau.
C’est un festival populaire, on y vient pour sortir, se rencontrer, se restaurer, côtoyer les musiciens à la buvette et aussi danser, en écoutant de la musique, mais pas n’importe laquelle, du jazz !

Au programme du lendemain, dès 11 heures, déambulation dans la ville et autour du marché, à la rencontre de la population, avec toujours nos amis du Quartet Big Four Sweet. A chaque station, des passants qui écoutent avec étonnement, puis participent chaleureusement, et toujours des danseurs spontanés, sans compter les enfants que les parents ne cherchent pas à retenir. Et bien sûr, les musiciens facétieux qui invitent tout le monde à se rendre sur la Place Gambetta où on trouvera tout ce qu’il faut pour se restaurer avec des produits de qualité (c’est vrai, parce que le Comité de la restauration de Jazz Pourpre sélectionne rigoureusement les restaurateurs présents sur le site du festival). Quant au Bar à vin, généreusement doté par le CIVBD (Interprofession des Vins de Bergerac et de Duras), il propose une belle carte des vins de Bergerac, dont les notes épicées et chatoyantes s’accordent si bien avec le jazz !

4-Déambulation-en-ville.jpg

La preuve, puisque aujourd’hui, c’est au Djangophil String Quartet (Bib BOURDIER, guitare - Bernadette BOURDIER, guitare - Patrick PUECH, contrebasse - Michel ALADJEM, violon) que revient l’animation du déjeuner-jazz, dans un répertoire de compositions et de standards, avec au bout des doigts la sensibilité du jazz manouche et du swing.

Pendant ce temps, les festivaliers qui désiraient prendre un apéro « arty » pouvaient se rendre au Centre Culturel Michel Manet, situé à deux pas de là, pour le vernissage de l’exposition traditionnelle du festival, présentant les oeuvres de Melain Dzindou, artiste peintre d’origine congolaise. Celui-ci a réalisé pour la circonstance plusieurs peintures sur le thème du jazz et c’est l’une d’elles qui a servi à faire l’affiche du festival.

Fond.jpg
affiche-JPP-2021.jpg
5-Jazz-Vocal-du-CRDD.jpg

L’après-midi le programme musical reprend avec deux formations du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Dordogne.

Le Jazz Vocal du Conservatoire, sous la direction de Madame Suzel Zajac, composé de 10 chanteuses et chanteurs et de Cécile Laparre au piano, qui interprètent des standards du jazz et nous offre un moment de douceur rafraichissante à cette heure chaude de la journée.

Le Big Band Départemental du CRD Dordogne, sous la direction de Didier Dupuy, composé de 25 musiciens, professeurs et élèves du Conservatoire – la plus jeune n’a que huit ans et doit se hisser sur la pointe des pieds pour frapper ses congas. Nous avons assisté à une grande prouesse musicale avec un band vraiment très big, mais aussi à une belle démonstration de transmission des professeurs à leurs élèves.

Pendant l’installation du Big Band, qui allait durer environ une heure, Djangophil String Quartet emmène le public à l’autre bout du site pour un concert improvisé totalement acoustique, avec la participation inopinée d’un danseur de claquettes. Le public a plébiscité ce happening. L’année prochaine nous ouvrirons cette deuxième scène pour créer ces moments de respiration, d’improvisation et pourquoi pas de jam sessions.

6-Djangophil-String-Quartet.jpg
7-Big-Band-du-CRDD.jpg
Big Ben
Big Ben

L’intensité du festival monte encore d’un cran avec le groupe Little Big Ben :

Stéphan Bénabid, guitare

Robin Dietrich, guitare

Rivo Razafindramanitra, basse

Uli Castanet, batterie

Pierre Thibaud, percussions

Nous assistons en direct au croisement des genres et différentes influences dont sont porteurs ces musiciens (reggae, swing manouche, jazz latin), dans un florilège de standards revisité et de compositions personnelles de Stephan Benabid. 

Un autre moment fort de cette journée a été la prestation du Taoufik Bargoud Trio (Taoufik Bargoud, Oud Saz, guitare, flûte traversière, et autres – Ravy Magnifique, tablas, drums et autre percussions – Dominique Muzeau, basse). Fusion de jazz et de musiques orientales et asiatiques, ce concert représentait « le rendez-vous en terre inconnue » de notre programmation. Au vu de certaines réactions, le public n’a pas été indifférent à cette expérience et après le deuxième morceau la majorité a été conquise par la richesse de cette musique et la virtuosité des musiciens. Pari gagné !

Pour clore la soirée, un « after » avec The Soul Phoenixs et ses sept musiciens. De la soul, du funk et du rock pour libérer les énergies des derniers festivaliers de la nuit.

8-Taoufik-Bargoud-Trio.jpg
9-The-Soul-Phoenixs.jpg

PARTAGEZ SUR VOS RÉSEAUX SOCIAUX